PSP#Controverses

Louis Rubellin (1L1) - L'ère Reiwa: quels enjeux?  par Francois Rubellin le 2019-07-11

Résultat de recherche d'images pour

Cinquante-troisième contribution PSP#Controverses: cent-cinquante ans après l'avènement de l'ère Meiji fondatrice du Japon moderne par le jeune empereur Mutsu-Hito en 1868, le 1er mai 2019 est le théâtre de la proclamation de l'ère Reiwa, qui clôt l'ère Heisei (1989-2019). Le nouvel empereur Naruhito succède donc à Akihito qui surprit le pays en annonçant son désir d'abdiquer et, ainsi, ne pas décéder avec le titre impérial comme d'usage jusque là. Les trois décennies de son règne (spirituel et non temporel depuis l'après-Seconde Guerre mondiale) sont considérées comme celles des "décennies perdues" (et non plus la seule des années 1990), le Japon végétant dans une stagnation sans fin après avoir été dans le dernier tiers du vingtième siècle ce que la Chine incarne au vingt-et-unième. Quels sont, donc, les enjeux et défis de cette nouvelle ère "ordre et harmonie"?

Louis RUBELLIN (1L1 SED) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre la juriste Mari Miura, le politiste Toru Yoshida et les économistes Sachiko Kuroda et Sébastien Lechevalier via quatre tribunes publiées par Le Monde le 26 avril 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Thomas Jannin (1ES3) - Relancer l'Europe?  par Francois Rubellin le 2019-06-07

Résultat de recherche d'images pour

Cinquante-deuxième contribution PSP#Controverses: les élections européennes du 26 mai 2019 ont rendu leur verdict, contrasté et complexe. L'Union européenne en sort-elle affaiblie? Divisée? Menacée? Avant même que le scrutin n'ait lieu dans les 28 Etats membres, "l'Europe" fut l'objet d'analyses, de plaidoyers ou a contrario d'invectives attestant de ce que la question (voir également Controverses 11, 17 et 35) a suscité un intérêt inédit. En témoignent notamment les prises de position de personnalités de toutes nationalités et de tous horizons:

Thomas JANNIN (1ES3) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre le politologue bulgare Ivan Krastev, l'économiste française Jézabel Couppey-Soubeyran (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), l'écrivain espagnol Antonio Munoz Molina et la politiste belge Florence Delmotte (Université Saint-Louis Bruxelles) via deux tribunes et deux entretiens publiés par Le Monde le 5 mai 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

A. Galéa (1ES2) - Les jeunes sauveurs de la Terre?  par Francois Rubellin le 2019-06-04

Résultat de recherche d'images pour "greta thunberg"

Cinquante-et-unième contribution PSP#Controverses: c'est le 4 décembre 2018 que la jeune activiste suédoise Greta Thunberg (par ailleurs ancienne élève de notre partenaire l'Ecole Française de Stockholm) prit la parole devant les participants de la COP24 de Katowice en Pologne. Un mois plus tard, elle intervint devant un auditoire mi-conquis mi-dubitatif, celui des "riches et puissants" du WEF de Davos. Le printemps 2019 fut ensuite le théâtre des marches pour le climat et des actions du collectif Extinction Rebellion dénonçant la passivité des poouvoirs publics face au changement climatique, dans la lignée notamment des pétitions intentées, en France notamment, contre les Etats (français en l'occurence) sur ce sujet brûlant (voir Controverse 32 de Flore Delbosc). Le salut et l'espoir ne peuvent-ils, donc, qu'émaner de la seule jeunesse? Faut-il désespérer des "adultes"? Quelles perspectives, quelles raisons d'espérer... ou de douter, si tant est que cela serve et ait un sens au vu de la gravité des enjeux?

Alexandra GALEA (1ES2 SEA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre un collectif de chercheurs de l'atelier d'écologie politique (ATECOPOL) de Toulouse, Benjamin Fremeaux (conseiller climat énergie de l'Institut Montaigne) et les enseignantes Justine Renard (collectif enseignant.e.s pour la planète) et Ange Ansour (directrice du programme Savanturiers) via quatre tribunes publiées par Le Monde les 5 et 14 mars 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

PSP#Controverses 1 à 50 - le recueil!  par Francois Rubellin le 2019-06-29

Douze mois, vingt auteurs, cinquante textes, plus de... quatre-cents pages: c'est peu dire que les sciencespistes PSP ont répondu présent(e)s à l'appel à contributions lancé il y a un an! Mai 2018 - mai 2019, une année complète donc, qui a vu se succéder les débats, échanges, en un mot controverses dont les élèves apprentis journalistes et politistes PSP vous ont résumé la teneur avec leur sensibilité, parti pris parfois, sectarisme jamais, à partir de tribunes et entretiens publiés par Le Monde. Ces cinquante textes exigeants sont désormais rassemblés dans un ouvrage préfacé par notre ami Christian Lequesne (SciencesPo.-CERI). Chaque auteur s'en verra remettre un exemplaire vendredi 28 juin. Après le semis... la moisson!

Ouvrage en vente à l'Intendance du lycée - 7 €

Flavien Tesson (TS4) - Surpeuplement?  par Francois Rubellin le 2019-04-24

Résultat de recherche d'images pour "malthus"

Cinquantième contribution PSP#Controverses: un milliard il y a deux siècles, plus de 7,5 aujourd'hui... 10, 12, milliards en 2050? La croissance de la population mondiale est, depuis Malthus et son prophétique Essai sur le principe de population (1798) l'objet d'inquiétudes et de réflexions clivantes. Pessimistes réactionnaires d'un côté, optimistes progressistes de l'autre? Une certitude: les enjeux du développement durable et de la crise environnementale globale ne peuvent faire l'économie d'une étude sérieuse et dépassionnée de la population et des défis démographiques planétaires dans leur ensemble.

Flavien TESSON (TS4 SED) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre l'économiste Stéphane Madaule (Inseec/HEIP) et le démographe Jacques Véron (INED) via deux tribunes publiées par Le Monde le 16 février 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Flore Delbosc (TS4) - Vaincre le sexisme?  par Francois Rubellin le 2019-04-23

Résultat de recherche d'images pour "amazone guerriere vase grec"

Quarante-neuvième contribution PSP#Controverses: "le 8 mars, c'est toute l'année!" ont proclamé à l'unisson gouvernement, collectivités territoriales - régions en tête - et ONG. Cette journée dédiée à la lutte pour les droits des femmes fut l'occasion d'une annuelle et habituelle prise de conscience des inégalités homme-femme, plus vive et dynamique dans le contexte du mouvement MeToo et des ininterrompus scandales résultant d'un sexisme jamais vaincu. Comment, donc, faire reculer en profondeur et durablement ce dernier? Partant du principe que l'on ne combat bien que ce que l'on connaît, chercheuses, universitaires et entrepreneuses de tous horizons montent au créneau pour débattre du sujet.

Flore DELBOSC (TS4 SED) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre la juriste afro-américaine pionnière du sujet Kimberlé Crenshaw, la philosophe Manon Garcia, l'économiste Cecilia Garcia-Peñalosa et Emmanuelle Quilès (présidente du groupe pharmaceutique Janssen France) via deux entretiens et deux tribunes publiés par Le Monde les 2, 7 et 8 mars 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Louis Rubellin (1L1) - Rwanda 1994: pourquoi?  par Francois Rubellin le 2019-04-20

Résultat de recherche d'images pour "genocide rwanda"

Quarante-huitième contribution PSP#Controverses: la photographie de James Nachtwey d'un escapé du génocide rwandais s'inscrit dans le sillage de celles qui ont marqué le XXe siècle, celui des exterminations de masse et de la définition du crime contre l'humanité. Vingt-cinq ans après l'assassinat de près d'un million de Tutsis au printemps 1994 an Rwanda ont donc lieu les commémorations du dernier génocide perpétré à ce jour, dans un monde un peu trop vite considéré comme théâtre d'un "nouvel ordre mondial" et de la "fin de l'Histoire". Occasion de s'interroger, à nouveau, sur la responsabilité de la communauté internationale face à cette tragédie inédite par son ratio mort-temps (une moyenne de... dix-mille morts par jour!), celle de la France notamment, mandatée par l'ONU dans le cadre de l'Opération Turquoise pour précisément empêcher le drame en question de se dérouler avec l'insuccès que l'on connaît. Acteurs directs et indirects, puis historiens et chercheurs s'opposent donc sur la lecture d'un événement et de blessures tout sauf cicatrisé(e)s.

Louis RUBELLIN (1L1 SED) rend ici compte du double échange à distance sur ce sujet entre, d'une part, Guillaume Ancel et l'amiral Jacques Lanxade sur la responsabilité de l'armée française et de l'Opération Turquoise via deux tribunes, d'autre part les historiens Vincent Duclert et Hélène Dumas (CESPRA) sur la désignation des chercheurs constituant la Commission chargée de faire la lumière sur les crimes et responsabilités liées au génocide via deux entretiens, tous publiés par Le Monde le 5 avril 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

J.-A. Foumangoye (1L1) - Christchurch: pourquoi?  par Francois Rubellin le 2019-04-11

Résultat de recherche d'images pour

Quarante-septième contribution PSP#Controverses: jusque là incarnation d'une forme de multiculturalisme serein et épanoui, la Nouvelle-Zélande a connu le 15 mars 2019 l'attentat terroriste le plus grave de son Histoire. L'assaut perpétré par Brenton Tarrant contre la communanuté musulmane  de Christchurch - plus de cinquante morts dans et aux abords de la principale mosquée de cette ville de l'île Sud - a plongé le pays dans la stupeur et l'accablement. Islamophobie, "Grand remplacement", suprémacisme(s), (néo)-nativisme anglo-saxon...: les grilles de lecture et d'analyse n'ont pas manqué au lendemain de cette tragédie. Comment, en effet, comprendre les motivations et les origines de ce crime, inédit par son ampleur dans cette partie du monde?

Jacques-Alexandre FOUMANGOYE (1L1) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les historiens chercheurs Valérie Igounet (IHTP) et Stéphane François (GSRL) via deux tribunes publiées par Le Monde le 18 mars 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Flavien Tesson (TS4) - Vivent les neurosciences?  par Francois Rubellin le 2019-04-01

Résultat de recherche d'images pour "prométhée tableau"

Quarante-sixième contribution PSP#Controverses: nudge, big data, psychologie cognitivo-comportementale... les neurosciences sont plus que toute autre discipline porteuses d'une novlangue tour à tour hermétique et jargonneuse. Derrière un vocabulaire souvent décourageant et intimidant, c'est d'enjeux très concrets qu'il s'agit, socialement et économiquement. Les neurosciences sont-elles, donc, porteuses d'espoirs ou de désillusions, voire de menaces potentielles?

Flavien TESSON (TS4 SED) dont c'est la dixième contribution rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre l'économiste spécialiste des neurosciences Christian Schmidt et un collectif d'économistes du Centre de Sociologie des Organisations (CSO, SciencesPo.-CNRS) via deux tribunes publiées par Le Monde le 22 novembre 2018.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane

Gabriel Barnagaud (1L1) - Antisémitisme...?  par Francois Rubellin le 2019-03-29

Résultat de recherche d'images pour

Quarante-cinquième contribution PSP#Controverses: sépultures juives profanées dans les cimetières français, conspirationnisme et haine sur les réseaux sociaux, agressions physiques et/ou verbales... cette passion négative et glaçante qu'est l'antisémitisme connaît en France un inquiétant regain de santé. Comment comprendre le retour sur le devant de la scène tant médiatique que plus largement sociale d'une judéophobie que l'on aurait pu penser - espérer - condamnée à disparaître avec un vingtième siècle qui plus qu'aucun autre avant lui aura porté des coups quasi mortels et définitifs à la communauté juive? Israël peut-il à cet égard jouer contre son propre camp? L'antisionisme est-il forcément synonyme ou porteur d'antisémitisme?

Gabriel BARNAGAUD (1L1 SIA) rend ici compte de l'échange à distance sur ce sujet entre les chercheurs et universitaires Alain Chouraqui, Jacques Semelin, Benoît Falaize et Pierre-André Taguieff via une interview et trois tribunes publiées par Le Monde les 19, 22, 25 février et 5 mars 2019.

Les textes publiés dans cette rubrique s'inscrivent dans le cadre d'un travail pédagogique pluraliste en termes d'idées et sont dépourvus de toute orientation partisane